français | español | english
Fondo Documental Dinámico
sobre la gobernanza de los recursos naturales en el mundo

La Coopérative Agricoltura Nuova. Étude de cas. Rome, Italie

Fuentes documentales

Access to Land for Community Connected Farming. Seven cases studies from the UK, Germany, Romania, France, Lithuania and Italy. (Agricultures citoyennes: nouvelles formes d’accès solidaires à l’agriculture et à la terre en Europe). 2011. Projet coordonné par Forum Synergies et Terre de Liens.

aGter a participé au projet « Agricultures citoyennes : nouvelles formes d’accès solidaires à l’agriculture et à la terre en Europe », coordonné par Forum Synergies et Terre de Liens, avec un réseau d’acteurs européens. Le projet a consisté à documenter et valoriser des initiatives citoyennes d’accès à l’agriculture et à la terre en Europe, dans le but de participer au débat sur le renouveau de l’agriculture européenne et la réforme de la Politique Agricole Commune. Un certain nombre d’expériences porteuses d’une agriculture durable et solidaire ont été identifiées et analysées en mettant en lumière les facteurs sociaux, économiques, politiques et culturels qui contribuent à leur développement.

QU’ENTEND-ON PAR « AGRICULTURE CITOYENNE »?1

Partout en Europe, on assiste depuis quinze ans à l’émergence de nouvelles formes d’agriculture caractérisées par une production agricole durable, un recentrage sur le local, le partage des risques et bénéfices entre producteurs et consommateurs, l’organisation de circuits courts, la protection de l’environnement, et un usage minimal des ressources non renouvelables.

Les avantages de ces formes d’agricultures insérées dans leurs communautés sont nombreux :

  • elles répondent aux besoins de proximité, de qualité et de sécurité alimentaire des consommateurs

  • elles contribuent à protéger l’environnement et à réduire l’empreinte carbone (réduction des transports et des intrants de synthèse)

  • elles sont en général plus créatrices d’emplois, rapportés à l’hectare, que l’agriculture industrielle

  • elles réagissent souvent mieux aux crises économiques, en se positionnant sur des marchés de niche

  • elles sont le plus souvent multifonctionnelles et pluri-actives, améliorant ainsi leur viabilité économique et la vitalité des zones rurales

  • elles sont bien adaptées au développement d’une agriculture périurbaine.

Cependant ces nouvelles formes d’agriculture citoyenne doivent surmonter un ensemble de difficultés, parmi lesquelles :

  • s’installer et développer une activité dans un secteur dominé par et conçu pour des grandes fermes agro-industrielles monofonctionnelles,

  • obtenir un accès à la terre de manière durable et stable, à un prix abordable et en quantité suffisante,

  • se former en matière d’agriculture biologique et biodynamique, de protection de l’environnement, de gestion de projet d’économie sociale et solidaire, etc.

  • obtenir un soutien suffisant de la part des communautés et des territoires où elles s’implantent.

Ces expériences d’agriculture citoyenne prennent des formes différentes selon les cas, et d’un pays à l’autre. Toutes contribuent cependant à ouvrir la voie à de nouvelles formes d’agriculture, qui rompent avec le modèle industriel et productiviste dominant en Europe.

Six expériences d’ « agriculture citoyenne » ont fait l’objet d’études de cas, dans six pays européens, France, Allemagne, Angleterre, Italie, Lituanie et Roumanie. aGter a réalisé l’étude de la Coopérative Agricoltura Nuova, en Italie. La coopérative a récupéré plus de 200 ha de terres rurales, en les soustrayant à l’urbanisation dans la zone péri-urbaine de Rome.

L’étude sur la Coopérative Agricoltora Nuova est téléchargeable sur cette page. La traduction anglaise, réalisée par Jesse Rafert, est aussi disponible sur ce site, ainsi que l’étude complète regroupant les 6 pays.

1Source: document de présentation du projet « Agricultures citoyennes : nouvelles formes d’accès solidaires à l’agriculture et à la terre en Europe », juillet 2010.

Descargar el documento