français | español | english
Fonds documentaire dynamique sur la
gouvernance des ressources naturelles de la planète

L’avenir de l’alimentation et des petits producteurs

Rédigé par : Michel Pimbert, Khanh Tran-Thanh, Estelle Deléage, Magali Reinert, Christophe Trehet, Elizabeth Bennett, (Editeurs)

Date de rédaction : septembre 2008

Organismes : International Institute for Environment and Development (IIED)

Documents sources

L’avenir de l’alimentation et des petits producteurs. Synthèse de la Conférence électronique du 14 avril au 1er juillet 2005.

Organisée par: l’Institut international pour l’environnement et le développement (IIED), Progressio (anciennement CIIR – l’Institut catholique pour les relations internationales), le Syndicat des petits agriculteurs familiaux (Small and Family Farms Alliance), la Plate-forme britannique sur l’agriculture et l’alimentation (UK Food Group), et Le Centre International des Peuples Indigènes pour les Politiques de Recherche et d’Education (Tebtebba)

Résumé

Comment – et à quelles conditions – les divers systèmes alimentaires localisés pourront-ils être préservés tout au long du 21ème siècle ? Qui va tirer parti du renforcement des systèmes alimentaires locaux, qui va en souffrir ? Le projet intitulé “Préserver les systèmes alimentaires locaux, la biodiversité agricole et les modes de vie” entend répondre, entre autres, à ces questions.

Le projet allie une perspective écologie politique des systèmes alimentaires et des moyens d’existence, à une approche de recherche-action, fondée sur la pratique à l’échelle locale. Plutôt que de porter sur les populations, la recherche est menée avec, pour et par les populations, de manière à rassembler, dans une optique d’apprentissage et de changement, les différents savoirs et types de connaissance.

En ce sens, cette recherche-action vise à combler l’écart entre l’orientation académique de l’écologie politique et l’approche beaucoup plus activiste des mouvements impliqués dans les domaines de la souveraineté de l’alimentation, des droits de l’homme et de la justice environnementale.

La série “Rétablir la diversité et la citoyenneté” publie les leçons issues d’études de cas en Inde, en Indonésie et au Pérou, ainsi que les résultats d’autres études menées dans le cadre de projets de recherche-action. Les participants sont vivement encouragés à illustrer de façon précise les méthodes de travail utilisées et les résultats obtenus, en mettant particulièrement en évidence leurs implications au niveau des politiques, du savoir, des organisations et de la pratique. La série “Rétablir la diversité et la citoyenneté” entend également susciter un débat en dehors des cadres politiques et conceptuels dominants en matière d’avenir de l’alimentation, d’agriculture et d’utilisation des terres. Les participants explorent toute une série d’opportunités et d’obstacles à la régénération des systèmes alimentaires traditionnels, en se fondant sur la diversité écologique et sociale, les droits de l’homme et une approche plus large de la citoyenneté.

Le projet de recherche et cette série de publications sont coordonnés par Michel Pimbert, au sein du Programme “Agriculture durable, biodiversité et moyens d’existence” de l’Institut international pour l’environnement et le développement (International Institute for Environment and Development -IIED). Le soutien financier est fourni par le ministère des Affaires étrangères du gouvernement des Pays-Bas (DGIS).

Ce rapport présente les résultats d’une conférence électronique sur “l’Avenir de l’alimentation et des petits producteurs”, qui a eu lieu en 2005, d’avril à juillet, sous l’impulsion de l’Institut international pour l’environnement et le développement (IIED), Progressio (anciennement CIIR – l’Institut catholique pour les relations internationales), le Syndicat des petits agriculteurs familiaux (Small and Family Farms Alliance), la Plate-forme britannique sur l’agriculture et l’alimentation (UK Food Group), et Le Centre International des Peuples Indigènes pour les Politiques de Recherche et d’Education (Tebtebba).

« Cette discussion virtuelle avait pour objectif premier d’impliquer les paysans indigènes et les petits agriculteurs familiaux, ainsi que les paysans sans-terre et les pêcheurs, tout comme leurs organisations représentatives.

Il s’agissait de mettre l’accent sur les petits producteurs alimentaires – les femmes et les hommes qui produisent et cultivent des ressources agricoles et arboricoles, ainsi que sur les éleveurs de bétail, de poissons et d’autres organismes aquatiques. La conférence électronique a donc été conçue spécifiquement dans l’optique de permettre aux populations exclues d’exprimer leur point de vue, leur analyse de la situation et les priorités liées à l’avenir de l’alimentation, l’agriculture, l’environnement et le bien-être humain. Il était demandé aux participants de décrire les alternatives que “les pratiques et le savoir-faire des agriculteurs et des peuples indigènes” offrent à la modernisation et l’industrialisation du secteur de la production alimentaire, de l’agriculture et de l’utilisation des terres et de l’eau. Les vues et l’analyse émises par les petits producteurs, qui sont passées en revue dans ce rapport, permettent une meilleure compréhension des mouvements alternatifs dans les régions urbaines et rurales. Les participants mettent en évidence la corrélation fondamentale entre la sauvegarde des exploitants indigènes et des petits agriculteurs sur leurs terres et le bien-être de la société et de la nature dans le monde entier. »

Nous remercions Michel Pimbert de nous avoir autorisé à mettre ce document en ligne sur le site d’AGTER.

Télécharger le document