français | español | english
Fonds documentaire dynamique sur la
gouvernance des ressources naturelles de la planète

Individus et collectifs dans l’appropriation des ressources pour l’élevage laitier à Sinto, une communauté de Huancavelica (Pérou)

Un exemple de maîtrises foncières complexes dans une communauté paysanne des Andes

Rédigé par : Claire Aubron

Date de rédaction : 2008

Documents sources

Aubron, Claire. Le lait des Andes vaut-il de l’or? Logiques paysannes et insertion marchande de la production fromagère andine. Thèse de doctorat INAPG, 2006.

La théorie des maîtrises foncières développée par Etienne Le Roy a surtout été construite à partir d’expériences africaines. Claire Aubron l’a utilisée pour analyser les droits fonciers et les droits sur les ressources pastorales dans une communauté des Andes du Pérou. Elle a préparé pour le site d’AGTER une version complète des résultats de son travail, qui s’insérait dans les recherches qu’elle a effectuées pour la préparation de sa thèse de doctorat (INAPG, 2006) Le lait des Andes vaut-il de l’or? Logiques paysannes et insertion marchande de la production fromagère andine.

Huancavelica, Pérou © C.Aubron

Ce travail présente un grand intérêt. Il analyse avec soin les relations sociales établies autour des ressources, de la terre, de l’eau et des herbages et aborde la question de leur évolution. Il met en évidence le poids de l’histoire récente dans la genèse des droits, dans une communauté qui s’est constituée après l’application de la réforme agraire et la disparition de l’hacienda qui contrôlait la région. De nouvelles instances collectives se sont constituées à différentes échelles après la dissolution de la coopérative qui s’était formé sur le territoire réformé.

Production laitière, Huancavelica, Pérou © Brunschwig

L’ancrage de terrain de l’étude permet d’aborder par la pratique des problèmes plus théoriques. Par exemple, Claire Aubron constate que l’existence d’un droit formel ne signifie pas nécessairement que celui-ci soit exercé dans la pratique. Elle montre comment se sont formées des maîtrises foncières fortes, qui tendent vers une maîtrise privative absolue, sur de multiples territoires familiaux sur lesquels les communautés paysannes n’ont pas d’emprise, contrairement à ce qu’énonce la loi.

Télécharger le document